Cameroun : Bertoua – Au cœur de la forêt, un refuge, un restaurant

C’est un lieu de repos naturel où on mange traditionnel. Baptisé «Au cœur de la forêt », il  tient son concept de l’amour du terroir.

Construit en matériaux locaux, «Au cœur de la forêt» met en valeur la culture des peuples de la forêt. Il n’existe que depuis quelques mois. Inauguré en mai 2016, ce lieu d’attraction charrie déjà des dizaines de visiteurs, dont des populations locales et des touristes. Derrière son décor exotique, ses chaises en liane et bambous de Chine, se cache tout un concept que sa promotrice,  Jeannette Akala, appelle : l’amour du terroir.
Originaire de l’Est, cette sexagénaire entend valoriser la nature et surtout les produits forestiers qui selon elle, sont «en voie de disparition au nom de la civilisation». Pourtant, rappelle-t-elle, c’est sur la maîtrise de la nature qu’est fondée la culture Baka et Bantou dont elle est issue. «Au cœur de la forêt» situé au quartier Bamvélé à Bertoua, est une juxtaposition de cases traditionnelles recouvertes de nattes. Le matango (vin de palme) consommé sur la terrasse de ce lieu d’attraction est servi aux clients dans des calebasses coupées.

Mets traditionnels
Entre boissons thérapeutiques et mets traditionnels, les visiteurs n’ont que l’embarras de choix. «Ici, on mange bien et on se soigne à partir de ce qu’on consomme.» Souligne Jeannette Akala.  « Tous les matins, je me retrouve avec mes amis ici pour consommer le mendip-mezong.» affirme Mayang, fidèle client. Le mendip-mezong, tisane d’aubergine, ouvre tous les matins, la série des menus dans cet espace situé au bord de la rivière Lenguégué, en contre-bas du quartier Bamvélé. «Quand je bois ça, je suis à l’aise, ça me purifie l’organisme.» Poursuit Mayang, tenant en main sa calebasse de tisane.
Chez Jeannette Akala, dès 6h, la machine culinaire constituée de 6 jeunes filles permanentes et 4 stagiaires se met en branle. A 8h, «Au cœur de la forêt» ouvre ses portes. Et les visiteurs peuvent prendre place pour savourer les boissons et repas de la région de l’Est. Mbol (sauce gluante), koko (okok ou gnetum), siglisigli (morelle noire sautée), guendi (gibier), kpwem (feuilles de manioc pilées), dengué (purée de plantain), föss (hanneton), escargots, chenilles, champignons, poisson d’eau douce, poulet du village et sauce d’arachide, constituent les menus régulièrement proposés. Le couscous du manioc mélangé au maïs est roi, comme dans tout l’Est, suivi des tubercules manioc, proposés pour accompagner les sauces et les viandes.
« Les assaisonnements utilisés sont traditionnels et contiennent des vertus thérapeutiques.» Affirme Brigitte Sali, employée.
« Au cœur de la forêt» propose les prix à la hauteur de toutes les bourses. Les plats coûtent entre 500 et 1500 Fcfa. La calebasse de mendip-mezong est servie à 200 Fcfa.Un tour par là avant que ses portes ne se referment à 20 heures permet au visiteur de se ressourcer et de se souvenir des réalités du terroir de la forêt.

Magloire Biwolé Ondoua  

Print Friendly
Partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Vous pourriez aussi aimer