Cameroun : L’OKOK ou Eru, ça se cultive

La domestication de l’Okok est possible, mais nécessite une bonne connaissance de la technique et beaucoup de patience.

L’Okok pousse naturellement dans la forêt humide. Il aime l’ombrage, la chaleur et beaucoup d’eau. Un sol léger, bien drainé et contenant beaucoup de matières organiques lui va mieux. L’Okok se multiplie par deux voies : la voie sexuée (graines) et la voie végétative (boutures). La voie sexuée peut se faire par semis direct des graines. Il suffit de récolter les graines rouges et de les répandre dans le champ. Les graines germeront 9 à 12 mois plus tard après l’épandage si les conditions sont favorables.…

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *