Cameroun : Le striga, terreur des céréales dans le Grand-Nord

Le striga paralyse les cultures en les privant d’une partie des substances nutritives provenant du sol.

Le striga est un mauvais parasite qui, dans beaucoup de régions d’Afrique, affecte les céréales particulièrement le maïs et le sorgho. Il peut également attaquer d’autres plantes, comme le riz, la canne à sucre, l’arachide, le niébé en provocant des diminutions de rendement importantes.
Deux types de striga poussent en Afrique :
-Le striga hermonthica croît jusqu’à un mètre de hauteur et possède des fleurs rosâtres.
-Le striga asiatica, plus court, possède des fleurs rougeâtres et ne dépasse pas 30 cm de hauteur. Les graines de striga peuvent rester dans le sol pendant longtemps (jusqu’à 15 ans), attendant qu’une céréale soit plantée pour germer.
En Afrique sub-saharienne, les strigas sont connus sous le nom de d’« herbe des sorcières ».

Des dégâts énormes
Le striga peut uniquement pousser en s’attachant aux racines des espèces de plantes herbacées, spécialement le maïs et le sorgho. Il vole des aliments nutritifs de votre maïs ou de votre sorgho, rendant les plantes plus petites et chétives.
Le striga est capable de réduire de plus de la moitié les rendements de votre maïs ou de votre sorgho, et parfois d’anéantir la récolte.
À la fin des années 1990, on estimait à vingt-et-un millions d’hectares les surfaces de céréales infestées en Afrique par le striga hermonthica, ce qui conduisait à une perte de production estimée à 4,1 millions de tonnes de céréales
En Afrique sub-saharienne, le striga provoque des pertes de rendement situées entre 30% et 100%, d’une valeur de 1 milliard de dollars, et affecte les moyens de subsistance d’environ 100 millions de personnes. Des études montrent que 76% des terres agricoles dans l’ouest du Kenya, environ 210.000 hectares sont infestés de striga. Ce qui veut dire qu’un agriculteur dont la récolte est attaquée par le striga peut perdre tout un champ, ou alors les récoltes ne seraient pas suffisantes pour la subsistance de la famille.

 

Les méthodes de lutte contre le striga

L’arrachage des plants ou l’application des herbicides sont des méthodes efficaces pour lutter contre le striga.

Plusieurs méthodes de lutte sont possibles contre le striga :
1-Arracher les plants de striga avant leur floraison et les brûler. Cela a pour avantage de réduire le nombre de graine de striga pouvant se reproduire. Mais cela nécessite une main d’œuvre et cela n’empêchera pas aux graines déjà présentes dans le sol de pousser.
2-Appliquer les herbicides pour tuer cette mauvaise herbe. L’avantage est que ça exige moins de main-d’œuvre que l’arrachage manuel. Mais c’est une méthode couteuse qui requiert des pulvériseurs et des vêtements de protection. Avec cette méthode, on ne tue pas les graines qui sont dans le sol. Cette méthode peut être nocive pour les personnes et d’autres plantes, car elle pollue l’environnement.
3- Semer des variétés de maïs ou de sorgho résistantes au striga. Cela a pour avantage d’augmenter les rendements quand bien même le striga subsiste. C’est une technologie simple et accessible aux petits producteurs. Mais les variétés résistantes peuvent faire défaut et elles coûtent cher. En plus le striga va continuer à pousser à partir des graines qui sont encore dans le sol.
4- Utiliser beaucoup de fumier et d’engrais pour que le maïs ait une croissance vigoureuse et résiste à l’attaque du striga. Cela a pour avantage d’augmenter la résistance de la plante à l’attaque du striga et accroît les rendements. Mais elle exige beaucoup de main-d’œuvre.

Source : collection Guide pratiques du CTA, N°2
Comment lutter contre le striga et les foreurs de tige du maïs.

Print Friendly, PDF & Email
Partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *