Cameroun : Est-ce vrai que le macabo se multiplie à partir des boutures de tiges ?

Je suis un jeune agriculteur de la localité d’Edéa en zone forestière. Quelles sont les cultures appropriées dans le sous-bois d’une forêt? J’envisage cultiver le macabo (Xanthosoma sagittifolium), de combien de sacs de semenceaux aurai-je besoin pour couvrir un hectare? Pensez-vous que le macabo se cultive facilement? Est-ce vrai qu’il peut se cultiver à partir des boutures de tiges?
Douglas
Edéa, Cameroun

Cher Douglas,
Pour cultiver dans le sous-bois, il faut abattre partiellement ou totalement les arbres.
Toutefois, il existe des pratiques culturales contribuant à la préservation des forêts comme l’agroforesterie. C’est un système qui promeut essentiellement l’association des arbres fruitiers aux cultures vivrières.
La localité d’Edéa est une zone favorable à plusieurs cultures associées tels le palmier à huile, la banane douce,  le bananier plantain, l’ananas, le caféier robusta, le cacaoyer, les agrumes (orange, citron, mandarine, pamplemousse), le piment, le macabo, le manioc, le maïs, etc. Il vous reviendra de faire votre choix en fonction des opportunités du marché.
La culture du macabo réussit bien dans les conditions d’ombrage, c’est une plante qui développe peu de maladies. Vous pouvez donc la maintenir comme votre choix.
En ce qui concerne les semenceaux de macabo, la quantité de tubercules nécessaire pour planter une superficie d’un hectare est de 2 à 3 tonnes (20 à 30 sacs de 100 kg) variant selon la grosseur des semenceaux.
Les semenceaux peuvent être les petits ou gros macabo de consommation, ou des fragments (morceaux) de tige de macabo communément appelés «mère macabo». Ce sont ces fragments de tige qu’on appelle aussi «boutures de tiges». Comme semence, ils poussent bien.

Print Friendly
Partager...Share on Facebook44Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Vous pourriez aussi aimer