Insecticides-fongicides, Des méthodes naturelles pour protéger les plantes contre les ravageurs

Sans risque ni pour le cultivateur, ni pour le consommateur, divers procédés naturels à base de produits du terroir ont montré leur efficacité dans la protection des végétaux.

La protection naturelle des cultures est depuis longtemps pratiquée par les petits exploitants agricoles et les acteurs d’une agriculture durable.
Dans les systèmes agraires où les pesticides ne jouaient pas le rôle qu’ils ont aujourd’hui, les paysans utilisaient une série de procédés directs et indirects pour protéger leurs cultures contre les champignons, les chenilles et autres insectes nuisibles.

Les substances utilisées provenaient du monde minéral, végétal ou animal et étaient susceptibles de contrôler efficacement les populations d’animaux nuisibles. Le principe de ces méthodes traditionnelles était de contrarier le mode de vie des ravageurs et de les empêcher d’utiliser les cultures comme source d’alimentation. Ces méthodes et techniques non vulgarisées, ont vite fait de sombrer dès lors que celles dites chimiques ont conquis non seulement les pays mais aussi les cœurs des paysans.

Néanmoins aujourd’hui, les méthodes de protection naturelle des cultures sont encore utilisées par les petits exploitants agricoles et les opérateurs qui pratiquent une agriculture durable et biologique. Leur efficacité à court terme, n’est en général pas aussi élevée que celle des méthodes de protection chimique.

Contrarier le mode de vie des ravageurs
Mais à long terme, les méthodes de protection naturelle des cultures présentent plusieurs avantages.
–    Elles abaissent le risque de formation d’organismes résistants.
–    Elles provoquent moins de dommages parmi les adversaires des ravageurs.
–    Elles abaissent le risque de formation des ravageurs secondaires.
–    Elles sont moins dangereuses pour l’homme.
–    Elles ne conduisent pas à la pollution chimique de l’environnement.
–    Elles sont indépendantes des possibilités d’approvisionnement en produits chimiques agricoles.
–    Elles peuvent revenir moins chères que les produits chimiques.

PIMENT : Contre les fourmis, pucerons, chenilles, insectes
Le piment est une épice largement répandue dans les régions tropicales. Les fruits mûrs, l’enveloppe du fruit et les graines détiennent une haute teneur en substances actives. Il permet de lutter contre les fourmis, pucerons, chenilles et insectes.

Fabrication :
Ecraser quelques piments forts. Mélanger la poudre obtenue à de l’eau. Après environ 12h, filtrer le liquide à l’aide d’une toile qui retiendra les particules solides. Dans certaines régions, on ajoute à ce liquide du savon rappé ou sous forme liquide.

Mode d’emploi :
Avec une petite pompe, un pulvérisateur ou une touffe d’herbes, épandre la préparation sur les cultures attaquées.
Attention : S’il y a beaucoup de piment pour peu d’eau, ça peut occasionner la brûlure des feuilles de la plante traitée. Il est donc conseillé de tester les préparations sur quelques plantes témoins afin de déterminer le dosage adéquat.

PIRETHRE : : (Fleur jalousie ou marguerite) Contre les criquets, punaises grises, piérides du chou

Le pyrèthre encore appelé fleur jalousie ou fleur marguerite, est une plante vivace. Ses fleurs possèdent des propriétés insecticides. Il permet de lutter contre les criquets, punaises grises, piérides du chou, cicadelles, mouches, altises, pucerons.

Fabrication :
Utilisation en poudre ou en liquide.
500g de fleur de pyrèthre sont trempées pendant une journée dans 4 litres de kérosène. Après filtrage, le liquide est prêt à l’usage.
500g de poudre de pyrèthre, 3 à 4 litres d’eau de paraffine. La poudre est laissée à tremper pendant une journée dans la paraffine. Filtrer le liquide à l’aide d’une toile.

Mode d’emploi :
Pulvériser à l’aide d’un pulvérisateur sur les feuilles de la plante que vous voulez traiter. Répéter le traitement chaque fois qu’il y a attaque.

TABAC : Contre les mouches blanches, la rouille du haricot et du blé
Le tabac a son origine en Amérique du Sud. Aujourd’hui, il est cultivé dans presque tous les pays du monde. Pour la lutte contre les ravageurs, on utilise les feuilles et les tiges. Les concentrations les plus élevées de produits actifs se trouvent dans les tiges et les nervures de feuilles.
Le tabac permet de lutter contre les pucerons mineuses des feuilles, les charançons, la mouche blanche, les chenilles, la rouille du haricot et du blé.

Fabrication :
Prendre 40 à 50 feuilles de tabac et les découper en petits morceaux. Les tremper dans 4 litres d’eau. Y ajouter un petit morceau de savon de ménage de la grosseur d’un œuf. Faire bouillir l’ensemble pendant une demi-heure et laisser refroidir. Filtrer à l’aide d’un tissu pour séparer le liquide des feuilles cuites.

Mode d’emploi :
Le mélange obtenu est un concentré très fort qui peut brûler les plantes. Donc, il faut faire attention au dosage. Diluer le mélange à raison d’un litre pour quatre litres d’eau. Charger le pulvérisateur et traiter les cultures ou les produits stockés. Une fois appliqué, cet insecticide reste actif pendant quatre jours s’il ne pleut pas sur les cultures.
NB : Il est toujours conseillé de vérifier l’efficacité ou la toxicité du mélange sur quelques plantes témoins avant de traiter l’ensemble de vos plants.

EUCALYPTUS : Insectifuge, contre la teigne de la pomme de terre
L’eucalyptus (Eucalyptus spp) est un insectifuge. Il lutte contre la teigne de la pomme de terre et les bruches.

Fabrication et mode d’emploi
On dispose 10 à 20 feuilles d’eucalyptus par kilogramme de haricot dans les récipients de stockage.
Avant l’emmagasinage des pommes de terre, on confectionne une litière de feuilles sur laquelle on dépose les tubercules.
 

AIL : L’ail est cosmopolite et tire ses origines de l’Asie centrale. Il a été constaté que l’utilisation massive d’engrais minéraux abaisse sa teneur en produit actif. L’ail peut être utilisé comme insecticide, insectifuge, fongicide, nématicide, bactéricide et contre les tiques.
Il est conseillé d’utiliser les préparations liquides d’ail immédiatement après leur fabrication.

Fabrication :
Prendre 100g d’ail ; 0,5L d’eau ; 10g de savon et 2 cuillérées à café d’essence. Broyer finement l’ail. Laisser tremper durant 24h dans l’essence. Mélanger tout d’abord le savon à l’eau, puis y ajouter l’ail. Mélanger le tout, puis filtrer à l’aide d’une toile fine. On obtient ainsi un insecticide qu’il faut utiliser en diluant dans de l’eau : 0,5 litre de produit pour un pulvérisateur de 15 litres d’eau.

Autres process :
– Un morceau de savon de la taille du pouce est dissoute dans 4 litres d’eau très chaude. Y ajouter 2 bulbes d’ail broyé finement et 4 cuillerées à café de piment. On obtient ainsi un produit très efficace contre les chenilles.
– Laisser infuser 3 bulbes d’ail finement broyé pendant 2 jours dans de la paraffine liquide. Y dissoudre une grande cuillerée à soupe de savon râpé. Délayer le tout dans 10 litres d’eau. Cette préparation est très efficace contre plusieurs types d’insectes.

Mode d’emploi :    
Avec une petite pompe, un pulvérisateur ou une touffe d’herbe, épandre la préparation sur les cultures attaquées ou sur les insectes qui attaquent.

EXCREMENT DE VACHE : La bouse de vache est très utile pour la protection et la fertilisation des végétaux.

Fabrication :
Deux à trois bouses séchées de vache sont déposées dans un récipient dans lequel on verse 10 litres d’eau. Le mélange doit être remué quotidiennement pendant deux semaines. Si l’odeur devient trop forte, on peut y ajouter la poudre de roche ou de la terre argileuse. Ces produits captent les odeurs et apportent les éléments minéraux.
Après la période de fermentation de deux semaines, la bouillie doit être diluée avec 3 à 5 fois son volume d’eau après quoi elle est prête à l’usage.

Mode d’emploi :
La préparation est appliquée sur toutes les parties vertes de la plante. On attribue à ce produit de traitement d’excellentes propriétés fortifiantes de la plante. Il peut aussi être utilisé comme fertilisant de qualité. Dans ce cas, on en épand sur le sol ou en fumure de couverture.

 

CENDRE DE BOIS : Lutte contre les fourmis, pucerons et mouches

Fabrication :  cendre + chaux + eau
Une demi-tasse de cendre, une demi-tasse de chaux, 4 litres d’eau.
Mélanger soigneusement les trois ingrédients, laisser reposer quelque temps et filtrer. La cendre de bois permet de lutter contre les fourmis, pucerons et mouches.

Mode d’emploi : Pulvériser sur les plantes.

Fabrication 2 : cendre  + eau
Une cuillerée à soupe de cendre est mélangée à 1 litre d’eau. Le mélange est laissé à reposer pendant la nuit et filtré le lendemain à l’aide d’un tissu fin. On ajoute au liquide obtenu le contenu d’une tasse de lait fermenté par litre. Diluer le tout dans 3 fois son volume d’eau.

Mode d’emploi : pulvérisation.
NB : Il est toujours conseillé de vérifier l’efficacité ou la toxicité du mélange sur quelques plantes témoins avant de traiter l’ensemble de vos plants attaqués.
De manière générale, les cendres de bois sont utilisées pour chasser les insectes (insectifuges) en les répandant sur les feuilles ou sur le sol où elles jouent en outre le rôle de fertilisant.

PAPAYER : Insecticide et fongicide contre la rouille du caféier

Les feuilles de papayer ont une propriété insecticide et fongicide. Elles permettent de lutter contre la rouille du caféier.

Fabrication :
Cueillir les feuilles fraîches de papayer jusqu’à remplir un sceau. Les découper comme on découpe le Ndolé (Vernonia). Les frotter en les tordant. Les plonger ensuite dans 10 litres d’eau dans laquelle on aura au préalable versé deux cuillerées de pétrole. Laisser reposer la composition pendant une nuit. Puis, filtrer la composition à l’aide d’un tissu. Vous obtenez un excellent insecticide.

Mode d’emploi :
Pulvériser à l’aide d’un pulvérisateur sur les feuilles de la plante que vous voulez traiter. Répéter le traitement chaque fois qu’il y a attaque.

Pour obtenir un fongicide : prendre 1 kg de feuilles de papayer. Les découper et les broyer finement. Mélanger la pâte obtenue dans 1 litre d’eau. Presser le mélange dans un linge. Ce liquide est dilué avec quatre fois son volume d’eau savonneuse et pulvérisé sur les parties malades de la plante. L’eau savonneuse s’obtient avec 100g de savon de ménage et 25 litres d’eau.

TOMATE : Combat la piéride du chou et la teigne
La tige et les feuilles de tomates sont réputées insecticides et inhibent la ponte des chenilles. Elles sont efficaces contre la piéride du chou et la teigne des crucifères.

Fabrication et mode d’emploi :
Les tiges de tomate sont finement hachées, puis mises à reposer pendant 5 heures dans la même quantité d’eau bouillante. La mixture est passée à la passoire et pulvérisée sur les choux. Elle est recommandée comme répulsif pendant la période de vols des papillons qu’elle gêne dans leur ponte.

 

 

 

MORINGA OLEIFERA : Contre les maladies cryptogamiques

Bactéricides et fongicides, les feuilles de Moringa sont utilisées contre les maladies cryptogamiques.
Action : Les feuilles de Moringa sont incorporées au sol environ une semaine avant les semailles. Ce temps suffit aux substances actives pour passer dans le sol. Cette méthode s’applique aisément sur de petites surfaces et essentiellement lors du semis.

 

 

 

NEEM : Contre les mouches des fruits et le ver du cotonnier
Fabrication :
500g de graines pour 10 litres d’eau. Concasser les graines, de préférence dans un moulin ou dans un mortier. Puis verser les graines concassées dans de l’eau et remuer énergiquement. Laisser reposer le mélange pendant plusieurs heures. Le Neem combat les mouches des fruits, pucerons du melon, chenilles défoliatrices, teigne des crucifères et ver de la capsule du cotonnier.

Mode d’emploi :
Filtrer le liquide. Appliquer le traitement sur la plante à l’aide d’un pulvérisateur. Si l’on ne dispose pas de pulvérisateur, on peut appliquer l’extrait avec un pinceau en paille fine et souple.

Important :
Produit très efficace sur les cultures maraîchères.

 

 

BASELIC : Insecticide, insectifuge, lutte contre les larves
Le basilic est un insecticide, insectifuge, qui inhibe la croissance des tiques. Ses feuilles, graines mûres, huile essentielle sont utilisées contre la teigne de la pomme de terre, pucerons, larves, mouches et moustiques.

Fabrication et mode d’emploi :
Emulsion préparée à partir d’huile essentielle. Pulvériser la solution obtenue sur la plante attaquée.

 

Print Friendly, PDF & Email
Partager...Share on Facebook3Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Vous pourriez aussi aimer