Le Chef de l’Etat appelle les jeunes à faire l’agriculture

Aller au champ ? Oui, disent les jeunes. Mais, pas à mains nues et poches vides. Le Président Biya se doit d’accompagner son discours avec du concret.

Mes chers jeunes
compatriotes,

C’est toujours pour moi, un moment important de m’adresser à vous, à l’occasion de la célébration de la Fête Nationale de la Jeunesse…
Je voudrais à cet égard saluer nos jeunes compatriotes qui se sont illustrés ces derniers temps par des innovations d’une grande valeur, reconnues de tous. Ils ont pris des initiatives pleines d’audace, dans le domaine très compétitif des nouvelles technologies de l’information et dans bien d’autres domaines, comme l’agriculture…
Qu’ils soient source d’inspiration pour ceux qui hésitent ou qui attendent encore …
A moyen terme, le lancement du vaste programme d’industrialisation, dont j’ai évoqué les grandes lignes le 31 décembre dernier, devra générer d’importantes opportunités d’emplois.
Le développement de notre agriculture y tiendra une place de choix. Je vous engage à opérer une réelle révolution des mentalités à ce sujet. La terre ne trahit jamais. N’ayez pas peur de franchir le pas, soyez les entrepreneurs agricoles dont le Cameroun a besoin. C’est un métier noble et rémunérateur de ce qu’il est convenu d’appeler l’économie réelle.
Il ne s’agit pas d’attendre de pouvoir rassembler de gros moyens. C’est avant tout une affaire de volonté et d’engagement. Dans l’agriculture, il est souvent possible de faire beaucoup avec peu…
De nombreux programmes existent au niveau du gouvernement pour soutenir le développement rural. Informez-vous sur ces programmes. Vous devez pouvoir en profiter…
Je puis vous assurer que je ne ménagerai aucun effort pour vous accompagner dans votre volonté de réussir.

Extraits message du Président Paul Biya
à la jeunesse
le 10 février 2016

 

VOX POP : DES JEUNES RÉTORQUENT …

 

Marie Nadège Kom« Aller travailler au champ avec mon Master ! »

Marie Nadège Kom, vendeuse de biscuits au marché central, Yaoundé.

« Je n’ai pas suivi le discours du Chef de l’Etat en direct, mais je l’ai lu sur internet et je pense que ce qu’il dit n’a pas de sens. Aller au village? Je ne suis pas prête. Qu’est-ce que je vais y faire avec mon M aster I en histoire? Mes parents ont investi sur moi et ils attendent.
Non ! Ce n’est pas en Master qu’on va me demander d’aller travailler au champ. Cette orientation devrait se faire plus tôt.
Et s’il faut à tout prix rentrer au village, l’Etat doit prendre ses responsabilités en créant un cadre propice à l’épanouissement des jeunes en milieu rural, en octroyant des subventions à ceux qui accepteront d’y aller.
Rentrer dans mon village! Sans réseau téléphonique, ni internet! Non, ce n’est pas d’actualité, nous tous, nous allons rester à Yaoundé.»

Matthias Nameni« Comment avoir la terre ? »

Matthias Nameni, promoteur équipements informatiques, Yaoundé.

« J’ai écouté le discours du Président de la République et je suis prêt à rentrer au village si certaines conditions sont réunies. C’est vrai que la terre ne trompe pas, mais dans quelles conditions?
J’aurais plutôt conseillé au Président de la République de réquisitionner des étendues de terres et de les mettre à la disposition des jeunes, au lieu de leur dire simplement d’aller au village.
Je suis ressortissant de l’Ouest Cameroun, et là-bas, il n’y a presque plus de terres libres pour les nouveaux venus. Si l’Etat peut me donner un terrain, même dans quel coin du Cameroun, j’irais m’y installer. Et en plus du terrain, il faudrait un capital pour démarrer et un accompagnement pour au moins les deux premières années.»

Propos recueillis par
Jean Kana

 

 

Print Friendly
Partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Vous pourriez aussi aimer