Le faible impact des dénonciations des illégalités forestières préoccupe

Beaucoup trop d’alertes pèchent par légèreté. Améliorer la crédibilité des dénonciations des ONG , c’est l’une des raisons de la mise sur pied du Système normalisé d’observation indépendante externe.

L’union fait la force et le sérieux garantit les résultats. Les ONG de lutte contre les exploitations illicites des essences semblent l’avoir compris. Il était temps, tellement les forêts camerounaises ressemblent à certains égards à un no man’s land : exploitation des essences interdites, non-respect des diamètres d’exploitation, dépassement des limites et volumes de bois attribués,  non-respect des clauses des cahiers de charge… Les riverains en paient un lourd tribut : dégradation du cadre de vie, insécurité alimentaire, paupérisation des ménages, destruction du tissu familial… Sur le plan national, les dégâts n’en sont pas moins lourds : déprédation du patrimoine forestier, dérèglement climatique, perte des devises.
Loin de rester les bras croisés, les communautés forestières appuyées par des ONG dénoncent parfois avec fougue les violations répétées de la législation forestière et des conventions signées par le Cameroun. Quantité de rapports de dénonciations atterrissent sur la table des autorités de contrôle sans toutefois prospérer en raison du caractère fantaisiste et peu documenté des informations, reconnaissent certains leaders de la société civile.
Dans ce contexte, améliorer la crédibilité des rapports de dénonciation des Organisations de la société civile (Osc) et des communautés s’impose avec acuité. Un des objectifs que se donne le Système normalisé d’observation indépendante externe (SNOIE). Récemment mis en branle.

Les 5 régions forestières ciblées

« Dans chaque région,  SNOIE compte avoir plusieurs ONG locales très proches des communautés et des zones d’exploitation des forêts. Le Système couvre toutes les cinq régions forestières du Cameroun à savoir le Centre, le Sud, le Sud-ouest, l’Est et le Littoral. Il faut dire que les activités illégales ne diffèrent pas selon la région», explique Ghislain Fomou, assistant forestier projet OE-FLEGT 2.
Le concept SNOIE repose sur les communautés forestières et les Osc qui traditionnellement mènent des activités de surveillance de la gestion des forêts. Le concept est de durée permanente, a fait savoir Ghislain Fomou. Les lendemains seront-ils meilleurs ? Wait and see…

Bon à savoir

Le SNOIE est un ensemble de procédés de surveillance de l’exploitation des ressources naturelles basés sur une norme internationale (ISO 9001:2008) comprenant l’observation, la vérification, la communication et le plaidoyer. Il consiste à documenter et  à dénoncer les violations liées à l’exploitation des ressources naturelles,  suivre et diffuser les décisions des autorités compétentes.

TD

Print Friendly, PDF & Email
Partager...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Vous pourriez aussi aimer