THIMO : 390 millions de Fcfa distribués aux bénéficiaires

Les communes de Mokolo et de Moulvoudaye dans l’Extrême-Nord Cameroun, viennent de boucler avec succès la phase pilote des travaux à haute intensité de main-d’œuvre du Projet Filets Sociaux.

Les 5000 bénéficiaires enregistrés dans le cadre du projet «Filets sociaux» exécuté dans les communes de Mokolo et Moulvoudaye, ont reçu un montant total de 390 millions de FCFA pour leurs travaux effectués dans le cadre du projet. Ces travaux à Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) ont duré 60 jours.
De la rencontre d’échanges et de capitalisation ayant regroupé bénéficiaires, exécutifs communaux, prestataires, ministères sectoriels et responsables du Projet le 28 Juillet 2016 à Maroua,  il ressort que 35 microprojets communautaires à vocation agropastorale ont été réalisés. Sur le terrain, il s’est agi concrètement de l’ouverture et réhabilitation des routes rurales, construction des biefs, creusage et réhabilitation des mares pastorales, protection des canaux d’irrigation, confection des digues de protection, curage et protection des berges des mayo.
La satisfaction au vu de ces microprojets sociaux réalisés a été exprimée par toutes les parties prenantes. «Le creusage d’une mare pastorale de 25000 m3 à Golombouri dans l’arrondissement de Moulvoudaye nous permet actuellement d’abreuver les bêtes, d’arroser nos cultures et de construire nos maisons», affirme Jean Amadou Maassa, bénéficiaire.
Payés à 1300 FCFA par jour, les réalisateurs qui sont en même temps bénéficiaires des microprojets, ont engrangé des revenus substantiels pour améliorer leur quotidien et celui de leurs familles.

Scolarisation des enfants de Mokolo et Moulvoudaye

A Mokolo comme à Moulvoudaye où respectivement 3000 et 2000 emplois ont été créés grâce aux «Filets sociaux», les effets du projet sont perceptibles. « L’argent  reçu m’a permis de solder la scolarité de mes enfants. J’ai aussi fait des économies pour mieux entamer la prochaine rentrée scolaire», souligne Blaise Ngatango,  du village Mowo dans la commune de Mokolo. En plus de la scolarisation des enfants, une trentaine de femmes se sont fait établir des actes de naissance et des cartes nationales d’identité grâce à ces gains.
Pour pérenniser les ouvrages mis en place, des systèmes de cotisation ont été instaurés dans certaines localités. Selon Hozier Nana Chimi, Secrétaire Général du Service d’appui aux initiatives locales de développement (SAILD), ONG prestataire, le matériel utilisé dans le projet a été rétrocédé aux bénéficiaires dans l’optique de pérenniser les acquis et d’améliorer leurs activités agropastorales.
D’après le Coordonateur National des «Filets sociaux», Michelin Njoh, le projet exécuté dans les communes de Mokolo et Moulvoudaye aura permis de sortir les populations locales de la précarité que leur imposent la nature et les conflits sociaux. Le projet va se poursuivre dans plusieurs autres communes du Septentrion dès la fin de la saison des pluies.

Bouba Djidda

Print Friendly
Partager...Share on Facebook7Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Vous pourriez aussi aimer